Le Monstre

Publié le 17 Juin 2020

Dés "Story Cube" tirés au sort ;

fraise, horloge 22h30, poux, walkie-talkie, masques, avion, point d’interrogation, quartier de lune, monstre

 

 

 

Le Monstre

 

Il était une fois, un monstre si petit qu’il était invisible à l’œil nu.  Mille fois plus petit qu’une graine sur une fraise.

 

Malgré sa taille, ce monstre était redoutable.  Il s’attaquait à tout le monde ; enfants, adultes, jeunes, vieux, bien portants et malades sans discernement.

 

Comme les poux, il voyageait sur ses hôtes.  Plus malin qu’eux il se cachait dans les plis de leur peau, dans leur nez et même à l’intérieur de leur bouche, au fond de la gorge là où il pouvait les gratter tranquillement pendant qu’il profitait de l’humidité et de la chaleur pour se multiplier allègrement à l’abri des regards.

 

Au début, personne  ne fit attention à lui.  Il y avait des hôtes partout !  Dans les marchés aux poissons et animaux exotiques, dans la rue, dans les bus et les métros.  Serré les uns contre les autres comme des sardines !  Qu’il était facile pour lui de se propager !

 

Un éternuement et hop il était projeté du cadre supérieur sur la figure d’une vieille dame collée contre lui.

 

Une toux grasse et le voilà qui voguait sur les gouttelettes avec une ribambelle de ses semblables pour s’accrocher à l’aide de leurs ventouses aux muqueuses d’innombrables voyageurs inconscients du danger.

 

Puis, le monstre fut découvert par des scientifiques alertés par un nombre croissant de gens gravement malades.  Gravement malades au point d’en mourir !  Ils avaient les mêmes symptômes que ceux de la grippe, mais ce n’était pas la grippe.

 

Paniqués, tout le monde se mit à porter des masques et des lunettes de protection.

 

Des agents municipaux armés de thermomètres en forme de pistolets cherchaient le moindre signe de fièvre dans leurs viseurs.

 

Déguisés en cosmonautes des ouvriers aspergeaient toutes les surfaces d’un liquide virucide.

 

A l’aide de walkie-talkie, les policiers enjoignaient les malades à rejoindre des bus qui les transportaient ensuite aux urgences des hôpitaux.

 

En moins de temps qu’il ne fallait de temps à la nouvelle lune pour passer au dernier quartier de lune, toute la ville était touchée.

 

Les scientifiques eurent alors une idée de génie.  Contraindre les gens à rester cloitrés chez eux pour qu’il n’y ait plus d’hôtes que le monstre pourrait contaminer dans les lieux publics.

 

Les salles de spectacles, de sports, de théâtre, les restaurants et les magasins se vidèrent, les rues devinrent désertes du jour au lendemain.

 

Plus rien ne bougeait dans la ville fantôme, tout le monde était confiné !

 

Tous, sauf quelques ressortissants étrangers qui attendaient patiemment le dernier vol MU5270 de vingt-deux heures trente à destination de Shanghai.

 

Dès que l’horloge indiqua vingt-deux heures les passagers se levèrent pour embarquer dans l’avion.

 

Ils avaient tous répondu à un questionnaire sur leur destination, leur état de santé générale, mais point d’interrogation sur leurs contacts pendant leur séjour.  Aucune question pour savoir s’ils avaient côtoyé des gens infectés…

 

Parmi eux, bien accrochés au fin fond de plusieurs narines, des petits monstres se multipliaient à cœur joie.

 

A Shanghai quelques-uns partirent vers la Malaisie, d’autres vers l’Inde et l’Iran, d’autres encore vers l’Australie et le vieux continent puis encore plus loin vers les Amériques.  

 

Le monstre ne le savait pas, mais il allait faire le tour du monde en quelques semaines à peine semant la mort partout sur son passage.

 

Les hommes lui avaient attribué un nom.

 

Covid19.

 

 

 

 

Rédigé par Michelle@L'Arbresle

Publié dans #Histoires courtes, #Jeu Story Cube, #Covid19

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article