Le poisson rouge

Publié le 20 Juin 2020

Dés « Story Cube » tirés au sort : quartier de lune, fontaine, poisson, éclair, tortue, tête ronde, cadenas, flèche, toile d’araignée

 

 

Il était une fois un poisson rouge qui nageait en rond dans un bocal.  Toute la journée il tournait, tournait, toujours dans le même sens, comme si une flèche lui indiquait la bonne direction.

 

Tous les jours, il voyait une tête ronde s’approcher de son bocal et faire des grimaces.  Il ne comprenait pas pourquoi le bonhomme faisait de gros yeux globuleux ni pourquoi il ouvrait et fermait la bouche en formant des bulles avec sa salive.

 

Puis des flocons tombaient à la surface de l’eau.  C’était sa nourriture.  Ce n’était pas très bon, mais il fallait bien manger pour avoir la force de nager en rond toute la journée.

 

Il aurait préféré de loin croquer l’araignée qui avait tissé sa toile entre le coin du mur et son bocal.

 

Une nuit, alors que le dernier quartier de lune brillait par la fenêtre, le poisson fut capturé dans un petit filet et glissé dans un sac en plastique à moitié rempli d’eau.

 

C’était le bonhomme à la tête ronde qui l’avait fishnappé !

 

Commença alors une balade interminable remplie de secousses à un point tel que le poisson faillit avoir le mal de mer…

 

De temps en temps le poisson voyait un éclair à travers le sac.  Il ne savait pas que c’était la lumière de la lampe de poche du garçon qui éclairait le sentier qui menait à la vieille fontaine du village.

 

Juste au moment où le poisson allait tourner de l’œil, le gamin s’arrêta devant une grille rouillée.  Il  posa le sac sur un banc juste à côté puis prit une grosse pierre pour casser le cadenas qui tenait la grille fermée.

 

Quelle ne fut sa surprise de voir que ce dernier avait déjà été vandalisé.  La porte de la grille était entre ouverte…

 

Méfiant, le garçon regarda autour de lui mais il ne vit personne.  Rassuré il reprit le sac avec son poisson rouge et se dirigea d’un pas décidé vers la vieille fontaine désaffectée.

 

La fontaine ne coulait plus depuis longtemps, mais elle était toujours remplie d’eau et de cailloux lancés par les gamins du village.  Au fond, de la vase verte et brune couvrait la pierre.  Sur la surface, il y avait des lentilles d’eau.  Le garçon y avait même vu un jour un nénuphar.

 

C’était l’endroit idéal pour libérer son poisson !

 

Il avait bien vu que son bocal devenait trop petit et puis, il s’était lassé de le voir tourner en rond tous les jours.  Sans compter qu’il devait se rappeler de lui donner à manger sans quoi sa Maman ne lui donnait pas la télécommande de la télévision.

 

Demain, si ses parents remarquaient l’absence du poisson, il leur expliquerait que c’était de la cruauté envers les animaux que de le garder captif dans ce tout petit réservoir.

 

Dans cette grande fontaine, il en était persuadé, son poisson serait heureux comme un roi.  Il pourrait nager dans tous les sens et manger les insectes qui se posaient à la surface de l’eau.  Il aurait de la place pour grandir et, dans quelques jours, il aurait la surprise d’avoir la compagne que le garçon avait décidé d’aller acheter pour lui tenir compagnie.

 

Le garçon se pencha sur le bord de la fontaine, ouvrit le sac et le vida d’un coup dans l’eau dans un petit « plouf » !

 

En écho au petit plouf, un autre plouf plus fort résonna au même instant de l’autre côté de la fontaine.

 

Sursautant de peur, le garçonnet prit sa lampe de poche, contourna la fontaine, et se trouva nez à nez avec son voisin Jules.

 

Les deux garçons poussèrent un cri à l’unisson avant de se reconnaître et d’en rire nerveusement.

 

Premier à reprendre ses esprits, Jules lui demanda : « Mais qu’est-ce que tu fais là en pleine nuit ? »

 

« Je suis venu libérer mon poisson rouge » répondit son voisin « Il était malheureux dans son bocal.  Et toi ?  Qu’est-ce que tu fais là en pleine nuit ? »

 

« Je suis venu libérer ma tortue d’eau qui était trop à l’étroit dans son vivarium » répondit Jules.

 

Oh non !

 

Les deux garçons se regardèrent affolés, se penchèrent tous les deux au-dessus de l’eau et tentèrent de voir quelque chose avec leur lampes.

 

Peine perdue, la lumière se reflétait comme la lune sur la surface.

 

Ils ne virent pas le poisson se faire gober par la tortue.

 

Car contrairement à la tortue de terre de leur ami Benoît, Gargantua la mangeuse de salade et de verdure, les tortues d’eau elles, mangent des poissons.

 

Penauds, les garçons rentrèrent à la maison, peureux de la réaction qu’auraient leurs parents quand ils leur raconteraient leur aventure pavée de bonnes intentions.

 

Rédigé par Michelle@L'Arbresle

Publié dans #Jeu Story Cube, #Contes pour enfant, #Histoires courtes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article